Deuxième phase du "Projet Tisseuses"de la région de TAMBACOUNDA

Publié le : , par  Christine

La deuxième phase du projet va s’articuler autour de trois axes : la filière coton, une production spécifiquement sénégalaise et la création.

Le filage
Les régions de Kédougou, Koussanar et Kolda ont une production cotonnière importante et de bonne qualité. L’idée est de créer une filière coton capable de concurrencer la production du Mali et du Burkina.

Les pistes à explorer :

  • Recherche sur le filage (essai de filage sur un nouveau rouet par la Kora Isère) ;
  • Formation filage sur Tambacounda ;
  • Voyage d’étude sur le filage à Kolda avec les tisseuses du Burkina Faso ;
  • Etude sur les teintures chimiques (mise en place de fosses pour recueillir les eaux de teinture, décantation de ces eaux par des plantes, formation des coloristes et information des utilisateurs sur les risques professionnels induits par les produits chimiques).

Des pagnes typiquement sénégalais
Afin que les tisseuses de la région de Tambacounda génèrent plus de revenus, La Kora va les aider à se démarquer de la production du Burkina Faso (qui inonde le marché) en faisant une recherche de motifs spécifiquement sénégalais. L’achat de vieux pagnes traditionnels sénégalais, l’étude des motifs et l’archivage ont déjà commencé.

La création
Dans le cadre d’une politique de prévisions, pour faire évoluer le métier et professionnaliser les tisseuses, Makhtar propose aux femmes de se former et de travailler avec une styliste : Johanna BRAMBLE. Une rencontre est programmée en mars 2013.

Par ailleurs, une réflexion sur la création d’un lieu de vente est en cours

  • Le maire de Tambacounda a donné son accord pour un "espace vente" sur le marché ;
  • La chambre des métiers pense à délocaliser le village artisanal. Les tisseuses y auraient un emplacement ;
  • La Kora réfléchit à la restructuration des locaux l’Espace Services Métiers du bois et du fer. La Kora n’étant pas propriétaire du terrain, le ré-aménagement des lieux est encore à l’étude.

Cette réflexion s’articule autour de plusieurs pistes de travail :

  • Création d’une unité d’exposition et de production pour le tissage ;
  • Mutualisation des métiers à tisser ;
  • Recherche de nouveaux partenaires.

SENEGAL : Groupement de femmes à Tambacounda

AgendaTous les événements