2 Octobre, journée internationale de la non-violence

Publié le : , par  Chantal

Le 2 octobre, jour anniversaire de la naissance du Mahatma Gandhi, a été déclaré par l’ONU "Journée internationale de la non-violence". C’est l’occasion de diffuser le message de la non-violence pour favoriser "une culture de paix, de tolérance, de compréhension".

Nous avons bien souvent une idée imparfaite voire inexacte de la non-violence. Elle n’est surtout pas synonyme de lâcheté ou de passivité. Certes, elle est refus de toute forme de violence parce que celle-ci vise à détruire la dignité de l’homme, mais elle est aussi action dans le conflit ; elle essaie de le résoudre par des moyens qui respectent l’adversaire. La non-violence peut être utilisée dans les rapports interpersonnels mais aussi dans les conflits sociaux et politiques pour combattre les injustices. Les moyens de l’action non-violente dans le domaine social et politique sont nombreux : non coopération, boycott, désobéissance civile, grève... Martin Luther King, par exemple, a obtenu en 1956, la fin de la ségrégation dans les bus à Montgoméry (Alabama) par un boycott massif.
Gandhi est la figure emblématique de la non-violence. A partir des années 1920, il a organisé en Inde, alors colonie britannique, des campagnes de non-coopération avec le régime colonialiste et de désobéissance civile, et ces actions ont contraint le pouvoir colonial à accorder l’indépendance (1948) .
Après Gandhi, d’autres combats non-violents ont vu le jour, principalement contre des régimes autoritaires ou totalitaires. Des révolutions non-violentes ont mis fin à des dictatures en Amérique du sud (Colombie en 1957, Bolivie en 1979, par exemple), en Asie (Philippines en 1986, entre autres), en Afrique (Tunisie et Egypte en 2010) et en Europe (chute des régimes communistes : Pologne, Hongrie, RDA en 1989) .
Après l’Inde, d’autres colonies ont acquis l’indépendance à la suite d’une lutte non-violente : le Congo belge et le Ghana en 1960 sont deux exemples de ces succès. Dans plusieurs démocraties, des luttes non-violentes ont été organisées contre des injustices. La plus célèbre est celle menée par Martin Luther King en faveur des droits civiques des noirs américains, dans les années 1950 et 1960. En France, dans les années 1970, la lutte non-violente des paysans du Larzac menacés d’expropriation par l’armée a popularisé ce type d’action.
Dans le monde aujourd’hui, la lutte non violente s’incarne dans la personne du Daïla Lama et la lutte pour l’indépendance du Tibet. On peut citer également les luttes des paysans sans terre d’Inde, animée par le mouvement Ekta Parishad, la lutte des communautés andines contre les projets d’extraction de lithium dans l’Altiplano argentin, la lutte des Inuits contre les projets d’extraction d’uranium d’Areva, la communauté rurale d’Awra Amba en Ethiopie, le mouvement OTFOR né en Serbie en 1998 et rayonnant sur les conflits de la région, les objecteurs de conscience de Tsahal en Israël ...
Si, en France, on ne trouve plus guère de mouvements se réclamant prioritairement de la non-violence, ses modes d’action et ses principes inspirent des mouvements alternatifs comme le Réseau Éducation Sans Frontières et ses cercles de silence, le mouvement des Faucheurs Volontaires contre les OGM, les Déboulonneurs de Pub, Droit au logement, Sortir du Nucléaire, etc...

La liste n’est pas exhaustive et la non violence demeure plus que jamais, comme l’a dit Martin Luther King, "une arme puissante et juste, qui tranche sans blesser et ennoblit l’homme qui la manie. C’est une épée qui guérit."

JPEG - 21.1 ko
Non violence, bronze de Carl Fredrik Reuterswärd (Malmö - Suède)

A LIRE

DOCUMENTAIRES

L’impératif de désobéissance. Fondements philosophiques et stratégiques de la désobéissance civile [1]
Muller, Jean-Marie, Le passager clandestin, 2011
Dans cet essai, Jean-Marie Muller expose les principes philosophiques et l’histoire des grands mouvements populaires qui constituent la désobéissance civile.

La non violence active. Comment mener un conflit non violent [2]
MAUREL, Olivier, La Plage Editeur, 2001
Sous forme de questions-réponses, ce livre explique comment mener un conflit non-violent, quels sont les pièges à éviter, comment prévenir l’agression ou la répression, comment mobiliser, se faire des alliés, communiquer efficacement...

Comprendre la non-violence [1]
Muller, Jean-Marie ; Sémelin, Jacques ; Ed. NVA, coll. "Racines", 1995
Deux textes, deux approches complémentaires sur la définition de la non-violence et de ses enjeux.

Entrer dans l’âge de la non-violence : Agir avec sagesse et efficacité [1]
Muller, Jean-Marie, le Relié, 2011
Cet essai recense d’abord les situations de violence les plus communes que nous apporte l’actualité des faits divers et de la scène internationale. Il montre ensuite comment la non-violence peut servir à désamorcer les conflits dans les domaines de la religion, de la politique nucléaire ou de l’inégalité entre homme-femme.

Dire non à la violence [2]
Vaillant, Emmanuel, Milan, 2011
Des réponses aux questions qu’ un adolescent se pose sur le phénomène complexe de la violence dans la société, et une aide pour lutter contre ce fléau tout en lui apportant des exemples précis et des conseils.

100 questions-réponses pour éduquer à la non-violence [1]
Roussel, Vincent, Chroniques sociales, 2011
Ce livre s’attache principalement à traiter de l’éducation à la non-violence pendant la scolarité obligatoire (école primaire, collège). il montre qu’il est possible d’apprendre aux enfants et aux adolescents des comportements non-violents qui leur permettent de construire le bien vivre ensemble dans tous leurs lieux de vie, en respectant les personnes, leurs différences, leurs droits et leur dignité.

La non violence expliquée à mes filles
Semelin, Jacques, Seuil, 2000
Sous la forme d’une discussion à bâtons rompus avec ses filles, l’auteur explique, avec beaucoup d’exemples et une simplicité volontaire, le principe de non-violence, cette manière d’agir face à l’agression qui permet d’obtenir des résultats sans céder soi-même à la violence, et dans le respect de son adversaire.

Le petit livre pour dire non à la violence [1] [2]
Saint-Mars, Dominique de, Bayard, 2000
Il y a la violence des mots, des coups... Il y a la violence qu’on reçoit, et celle qu’on donne ou qu’on retourne contre soi-même. Apprendre à répondre à la violence par le respect et la parole, à faire gagner la paix et l’amitié, c’est le but de ce petit livre à lire en famille.

REVUES

Non-violence Actualités [1]
http://www.nonviolence-actualite.org/
Revue bimestrielle centrée sur l’éducation non-violente, spécialisée dans la prévention des violences de proximité (famille, école, quartier, vie sociale et professionnelle)

Alternatives non violentes
non-violences-actualités.org
Revue trimestrielle qui a pour objectif de faire connaître la pertinence de la non-violence, voire de la désobéissance civile lorsqu’elle est utilisée au cours de luttes à travers le monde. Elle analyse les mécanismes de la violence et les dimensions culturelles, psychologiques et politiques de la non-violence. La revue croise les regards de militants, d’universitaires et de chercheurs .

BD

Gandhi, le pélerin de la paix,  [1]
Marchon, Benoît, Léo, Bayard, 1981.
Cette bande dessinée raconte la vie du Mahatmah Gandhi, depuis ses débuts de jeune avocat en Afrique du Sud jusqu’à son assassinat à New Delhi en 1948.

Martin Luther King
Marchon, Benoît, Millet, Claude, Le Centurion/Astrapi, 1988
Cette bande dessinée raconte les grands événements de la vie de Martin Luther King, jusqu’à son assassinat à Memphis le 4 avril 1968.

A VOIR

Cent mille et une victoires pour le monde : La marche Jan Satyagraha 2012 [1]
Campana, Louis ; Verlet, François, 2013
Jan Satyagraha, qui signifie "résistance non violente du peuple" en hindi, est une marche non violente de 350 km organisée entre Gwalior et Delhi, le 2 octobre 2012, par l’association Ekta Parishad. Ce film raconte la marche, les vingt ans de lutte non-violente d’Ekta Parishad mais aussi les acquis de Janadesh.

Tous au Larzac
Rouaud, Christian, 2011
Comment, de 1970 à 1981, les paysans du Larzac ont lutté pacifiquement contre l’État qui avait décrété leur expropriation. Une épopée allègre et inspirante racontée par quelques-uns de ses protagonistes. (texte Arte)

Gandhi
Attenborough, Richard, 1982
Une reconstitution historique à grand spectacle de la vie de Gandhi.

POUR ALLER PLUS LOIN

MAN : Mouvement pour une alternative non violente
[http://www.nonviolence.fr/]
Le MAN est un mouvement de réflexion et d’action, qui veut approfondir la réflexion politique en relation avec la non-violence, agir dans les luttes contre les injustices et appuyer l’action non-violente par-delà les frontières.
Institut de formation du MAN : www.ifman .fr

IRNC : Institut de recherche sur la résolution non violente des conflits
http://www.irnc.org/
L’INRC veut mener de façon pluridisciplinaires des recherches scientifiques sur l’apport de la non-violence dans la résolution des conflits, et la vulgariser.

[1Présent au CDTM72 ou dans le réseau Ritimo

[2Présent à la Bibliothèque municipale

Nos dossiers

AgendaTous les événements

septembre 2017 :

Rien pour ce mois

août 2017 | octobre 2017